Comment se construire avec la danse ?

Quelle meilleure école que la danse pour aider à se construire ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas à l’école les fondements de la construction de soi ? Parce que cela ferait de nous des hommes et des femmes libres ? A méditer…



Dans un (bon) cours de danse, on trouve toutes les qualités nécessaires à la construction de notre personnalité, de notre moi profond, de notre identité. En grandissant, l’image que l’on se forge de nous-même, nos croyances, nos pensées, notre propre représentation de nous-mêmes et du monde constituent notre structure psychologique. De là découlent nos actions, nos choix, notre appartenance sociale et culturelle. Le problème est que nous sommes formatés dès notre plus jeune âge à nous conformer à l’autorité. Autorité parentale, scolaire, politique, hiérarchique etc. Nous ne sommes pas vraiment libres mais le système est tellement bien fait qu’on ne s’en rend pas vraiment compte. Ni l’école, ni notre supérieur hiérarchique et encore moins nos représentants politiques ne nous enseignent les piliers nécessaires à une fondation solide de notre identité.

Les fondements de la personnalité

Personnellement, je dois à la danse un enseignement digne d’un grimoire magique d’une valeur inestimable. Et j’en profite pour rendre hommage par cet article à cet art merveilleux et à tous les (bons) professeurs que j’ai croisés, avec qui appris, travaillé et continue d’évoluer. Ci-dessous la liste non-exhaustive de ce que m’a appris la danse :

  • l’acceptation de l’apprentissage
  • la curiosité ou l’attitude de l’éternel étudiant
  • l’humilité
  • la prise de risque
  • le don de soi
  • la (vraie) générosité
  • l’authenticité
  • la patience
  • l’enseignement de l’échec, des chutes, des loupés
  • le rejet de l’abandon
  • la gestion de la peur
  • l’exigence
  • le goût de l’effort
  • l’amour du travail
  • l’importance de la répétition, de la routine
  • l’éveil, la prise de conscience (des blocages, auto-sabotages)
  • l’envie, la passion
  • le dépassement de soi
  • la remise en question
  • le respect
  • l’écoute
  • l’autodiscipline, la rigueur
  • la confiance et l’estime de soi
  • l’esprit d’équipe, l’entraide, la coopération
  • l’implication
  • la persévérance
  • l’endurance
  • savoir accueillir et célébrer les résultats

Que font nos institutions ?

Enseigne-t-on le quart de cela à nos enfants ? Non. Ces valeurs sont-elles présentes au sein des entreprises ? Même si je pense que les choses sont en train de changer, je peux affirmer qu’en 15 ans de salariat, j’aurais adoré travailler pour une structure dont la culture d’entreprise aurait été basée sur quelques-unes de ces valeurs. Mais non… Parler de ces valeurs, ce n’est pas juste en faire une belle théorie comme le font très bien nos politiques, parler c’est facile. Appliquer c’est autre chose. C’est retrousser ses manches, transpirer, recommencer encore et encore pour atteindre un objectif quel qu’il soit.

Donnez à une personne les clés pour se construire une personnalité solide avec de vrais fondements, et elle rebondira toujours, quelle que soit la difficulté qu’elle rencontrera. Mais lui donner ces merveilleux outils c’est aussi lui donner la possibilité d’être entièrement libre, de sortir du troupeau, de ne pas être un mouton de Panurge. Avoir sa propre façon de penser et son propre mode de développement, faire de vrais choix fondés sur ses aspirations et non sur celles des autres. Il est plus facile de régner sur un peuple qui ne sait pas qu’il n’est pas libre, comme il est plus facile de diriger un groupe qu’un individu. « Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups » disait Agatha Christie. C’est un cercle vicieux. Plus nous nous conformons et plus nous érigeons nos murs de prison. C’est exactement ce que j’ai fait en acceptant de travailler pour des entreprises sans éthique, dont l’unique intérêt était celui du profit. Si je n’avais pas eu la danse en parallèle, je n’aurais pas eu l’esprit aussi alerte. Si j’avais rompu le dialogue avec mon corps (ce qui est impossible quand on danse), je ne serai pas en train d’écrire cet article.

Laisser parler notre petite voix intérieure

La danse permet de donner la parole à notre petite voix intérieure, celle qu’on refuse souvent d’écouter. Car avoir cette relation intense avec son corps permet de nous ancrer davantage, de nous (ré-)aligner avec nous-même, et de devenir notre propre produit, le résultat d’un travail conscient, choisi et sensé. La danse nous révèle à nous-mêmes ce que nous sommes réellement et ce que nous sommes capables d’accomplir. Elle ouvre le champ des possibles contrairement au système régi par la société qui trop souvent censure nos élans, notre audace et notre foi en nous.

 

Alors qu’attendons-nous pour nous révéler ?


Cet article vous a plu ? Peut-être aurez-vous envie de télécharger mon livre gratuit sur « les 5 réflexes super simples pour réduire le stress + les 5 secrets de danse » ?

Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement.

A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *