Et si l’avenir était féminin ?

Et si l’avenir était féminin ? Sujet en vogue, et pour cause, elles assurent les femmes qui entreprennent ! Zoom sur celles qui osent.



Voici une photo prise dans le métro new-yorkais il y a quelques mois. Un signe supplémentaire m’indiquant que je devais en finir avec le salariat et enfin mener ma barque (oui, je crois aux signes…).

Les motivations des femmes entrepreneurs

En 2017, 40% des femmes ont créé leur entreprise et 2 femmes sur 10 souhaitent passer à l’action. La recherche de l’équilibre entre la vie professionnelle et familiale est un facteur essentiel dans le choix d’entreprendre, et contrairement à ce qui est souvent dit, ce n’est pas un frein en soi. Entreprendre dans un univers encore largement masculin n’est pas évident, mais rester sous le joug d’un supérieur qui ne vous donne pas votre chance ou vous ignore, n’est pas enthousiasmant on plus. Sans entrer dans un débat féministe à tout prix, rappelons quand-même que les femmes restent payées 20% de moins que les hommes à compétences égales. Personnellement, en tant qu’ex-assistante de direction, j’en ai eu plus qu’assez de ne pas être prise au sérieux et d’essuyer parfois des remarques très déplacées et sans aucun rapport avec mon travail. J’ai, pour ma part, également souhaité donner du sens à mes actions professionnelles, tendance que suivent les femmes entrepreneurs en exerçant pour la plupart dans le domaine de la santé, des services à la personne ou de l’enseignement. La première motivation n’est donc pas l’argent, mais la famille, la gestion du temps et la quête de sens. Bien évidemment, l’objectif est bien de gagner sa vie mais surtout de gagner en qualité de vie et d’avoir un impact positif sur son environnement.

Les difficultés des femmes entrepreneurs

En termes de financement, si hommes ou femmes rencontrent les mêmes difficultés, certaines discriminations sont à déplorer : le taux de rejet de crédit bancaire, de 2,3 % pour les hommes, atteint 4,3 % pour les femmes. Selon une étude OpinionWay pour la fondation Entreprendre et Axa (janvier 2017), 35 % des femmes entrepreneures estiment avoir besoin d’un soutien sur le plan financier dans leur quête de fonds. Elles ont souvent moins confiance en elles que les hommes et cette petite « faille » peut parfois passer pour un manque de crédibilité auprès des banques ou des investisseurs. Les femmes manquent également de ce que les Américains appellent « role model », c’est-à-dire d’une vraie référence, une personne au leadership reconnu qui inspire et montre la voie.

Néanmoins si elles doutent et tremblent à l’idée de passer à l’action, les femmes n’abandonnent pas pour autant. Elles se lancent. Car elles ont bien compris que si elles-mêmes ne prennent pas leur vie en main, personne ne le fera pour elles. Se lancer dans la vie entrepreneuriale est un vrai défi. Renoncer à la sécurité d’un salaire mensuel, investir en formations, en matériel, s’exposer, potentiellement couper les ponts avec un entourage qui tire vers le bas, gérer le projet de A à Z, développer de nouvelles compétences, démarcher, toutes ces étapes sont de réelles sorties de cette fameuse zone de confort. C’est prendre un risque oui, un gros risque sans garantie de résultat. Mais il paraît que « la chance sourit aux audacieux », alors…

Ma petite entreprise

Me concernant, j’ai eu l’envie de lancer mon entreprise suite à une longue histoire d’amour avec la danse. J’ai passé peut-être un tiers de ma vie dans des lieux réservés à la danse et continue d’y consacrer le plus de temps possible (cours, enseignement, soirées, pratiques, stages, voyages autour de la danse, organisations d’événements etc.) . Au cours de ces années, j’ai pris conscience de tout ce que cet univers m’apportait de positif. Sans être facile (loin de là…), danser me rendait heureuse, je me sentais vivante, je vibrais, j’existais. Un jour, j’ai entendu puis réellement écouté le « retour » de mon entourage, de mes élèves, professeurs, amis danseurs, partenaires : j’étais crédible, j’apportais de la qualité, je créais une vraie connexion avec mon partenaire, ou encore je pouvais assister les professeurs. J’avais développé une valeur ajoutée, et recevoir un retour aussi positif de mon entourage sans même l’avoir recherché, me donnait des ailes. Et puis, j’ai eu l’envie de tester le matériau de la danse auprès d’enfants en milieu défavorisé, lors de voyages au Brésil, en Afrique du Sud et en Inde. J’ai réalisé le projet un peu fou de partir seule avec mes musiques et mes chaussons de danse à l’autre bout du monde pour faire danser les enfants dans des lieux pas toujours recommandés par les guides touristiques. Nous ne parlions souvent pas la même langue et pourtant cette expérience a été essentielle pour moi. Elle m’a enseigné que la danse et la musique sont un langage universel, la gestuelle et l’intention palliant aux différences de langues. J’ai constaté les bienfaits de la danse sur l’humeur, l’état d’esprit et le comportement des enfants, tous avaient le sourire et même si parfois la difficulté engendrait un peu de frustration, la dépasser en travaillant leur donnait le sentiment d’être meilleurs, fiers de leurs efforts et heureux d’avoir réussi. Leur estime d’eux-mêmes et leur confiance s’en trouvait renforcées. Chaque fois je revenais de mes voyages plus heureuse, enthousiaste, avec une belle énergie qui me portait.  J’ai toujours reçu plus que ce que j’ai apporté. Moi qui crois aux signes, chaque fois il s’est passé des petits événements un peu mystiques, de curieux hasards qui m’ont clairement révélé que j’étais exactement là où je devais être, que mes actions répondaient à un appel du cœur, et que cela impactait positivement mon audience. J’étais totalement alignée avec moi-même et je savais que rien ne pouvait m’arriver, même dans ces endroits parfois risqués. L’expérience a été tellement riche et belle que le projet perdure. Mon prochain voyage sera sans doute Madagascar.

Alors pourquoi ai-je souhaité changer de vie ? Pourquoi ne me suis-je pas contentée de poursuivre ma vie comme elle l’était : me suffire de mon salaire d’assistante de direction et profiter de mon temps libre pour réaliser mes passions ?

  • Parce que je m’ennuyais à mon travail
  • Parce que les valeurs d’entreprise dans laquelle je travaillais ne me correspondaient pas
  • Parce que j’étais discriminée financièrement
  • Parce que je ne trouvais plus de sens à mon travail, je me sentais comme en prison
  • Parce que je souffrais sans vraiment en être consciente, j’évoluais en mode robot

Le déclencheur a été un accident qui aurait pu être fatal un lundi matin en allant travailler. Ce jour-là, j’ai compris que mon corps m’envoyait un message très clair : « Bouge, quitte ton job et vis ta vraie vie ! ». Voilà comment l’aventure a commencé.

Si j’ai un message à transmettre ce serait celui-ci : vous avez un rêve ? Une envie qui sommeille en vous depuis un moment ? Un domaine que vous connaissez bien et dans lequel vous vous sentez à votre place ? Ecoutez votre petite voix, allez-y, lancez-vous. Aller vers vos envies profondes (celles du cœur), ne pas les écouter nous ronge et pire, nous met en danger. La création d’entreprise n’est pas une finalité en soi, ce peut être créer une association parallèlement à son travail, peu importe la manière de faire, mais ce qui est important c’est de réaliser ce qui nous rend heureux, car c’est la seule manière de se réaliser, d’évoluer et d’influencer positivement notre entourage et plus largement, le monde. C’est donc GAGNANT-GAGNANT !

Quelques conseils

  • Investir en soi : se former, avoir une expertise, apporter de la valeur ajoutée
  • Prendre des risques calculés
  • Parler de son projet : se confronter à d’autres idées, opinions, tester, écouter, ne pas se cantonner à son propre regard
  • Ne pas se comparer : il y a toujours meilleur que soi, se comparer c’est tomber dans les travers du perfectionnisme, c’est sans fin.
  • Passer à l’action : tester
  • Etre authentique : les gens s’identifient à vous si vous êtes vrai et non l’inverse
  • Avoir des valeurs qui vous correspondent, une culture d’entreprise

 

Et vous, qu’est-ce qui compte vraiment pour vous ?


Cet article vous a plu ? Peut-être aurez-vous envie de télécharger mon livre gratuit sur « les 5 réflexes super simples pour réduire le stress + les 5 secrets de danse » ?

Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement.

A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *