Story d’élève : Magali, éducatrice libRérale

C’est au tour de Magali de nous conter sa belle histoire d’entrepreneuriat, une histoire d’accompagnement à la personne. Elle nous explique comment elle crée son bonheur tous les jours en tendant la main au monde. 

 

Laure : Peux-tu te présenter ? Parle-moi de ton activité, que fais-tu ? Comment est née ton idée ? A quel(s) besoin(s) cela répond en toi ?

Magali : Je m’appelle Magali, j’ai 46 ans et je vis à côté de la Rochelle dans une « Tiny house » (maison en bois, écologique posée sur une remorque). Je suis autonome en eau et électricité.

De tempérament dynamique et optimiste, j’ai poursuivi cette idée d’autonomie en créant ma micro-entreprise. Je suis éducatrice Montessori Libérale, ou  « LibRérale », comme j’aime bien dire ! 

Après quelques années en tant salariée dans des institutions spécialisées, et me percevant davantage comme exécutante que comme dirigeante, j’ai décidé d’en finir avec cette croyance pour vivre pleinement ce qui faisait sens pour moi. Même si je reste dans le secteur spécialisé, j’ai fait un véritable choix en proposant un accompagnement individuel à domicile ou en institution. J’accompagne les enfants et adultes en situation de handicap ainsi que les personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer. Je m’inspire de la pédagogie de Maria Montessori, mon fil conducteur.

J’ai fait ce choix par besoin de liberté. Mon mode de vie ainsi que ma situation professionnelle répondent à ce besoin de me sentir libre, créative et indépendante, ce que ne m’offrait pas le salariat.

Laure : As-tu toujours été entrepreneure ? Si non, que faisais-tu avant et qu’est-ce qui a motivé ce changement professionnel ? Peux-tu donner quelques détails sur ton parcours ?

Magali : Non, je n’ai pas toujours été entrepreneure. J’ai commencé ma carrière en Touraine dans une imprimerie. J’étais derrière les machines à imprimer tous genres de documents. Par la suite, j’ai travaillé dans un ESAT (établissement et service d’aide par le travail). J’étais monitrice d’ateliers d’imprimerie pour les travailleurs handicapés.

J’ai continué ma route dans le Vercors où j’ai  obtenu un diplôme de monitrice éducatrice et intégré  un foyer d’hébergement auprès de personnes adultes en souffrance psychique et déficience intellectuelle.

Puis à Lyon, j’ai travaillé en tant qu’éducatrice, chargée de formation et d’insertion professionnelle, et auprès d’enfants souffrant de troubles du comportement. Comme tu vois, j’ai sillonné la France !!

Toutes ces expériences m’ont convaincue de me former pour devenir éducatrice Montessori. J’ai pris conscience de ce que je souhaitais vraiment faire et de la manière dont je voulais le faire. Je suis créatrice de ma réalité. Finalement, tout est une histoire de CHOIX. Je me suis sentie alignée et légère avec ce choix-là, alors je me suis dit FONCE! 

Laure : Qu’est-ce qui te plait dans l’expérience d’entreprendre ? Quelles sont les plus grandes difficultés que tu rencontres ? 

Magali : Je ressens comme une excitation quotidienne, de l’adrénaline, une réelle joie à entreprendre. Comme tout le monde, j’ai des peurs mais je suis responsable de ma vie, alors quand elles me parasitent, je les chasse ! Mon entreprise est toute jeune, il est difficile d’en vivre décemment au début donc j’ai de temps en temps recours au salariat, ce qui me permet de développer ma clientèle de manière transversale et sereine.

Laure : Qu’est-ce que l’entrepreneuriat a changé, transformé ou révélé chez toi ? Quelles compétences as-tu développé ?

Magali : J’en suis au tout début, mais ce qui me vient c’est que je réfléchis dorénavant par moi-même, on ne pense plus à ma place. J’innove pour le bien d’autrui et je suis convaincue que nous sommes tous de vrais créateurs. Auparavant j’étais comme anesthésiée, aujourd’hui je découvre tout ce dont je suis capable, c’est une vraie richesse.

Laure : Tu as rejoint un atelier condAnsé récemment, selon toi, en quoi la part physiologique (le corps par opposition au mental), est-elle importante dans ta démarche d’entrepreneure ou dans ton quotidien ?

Magali : Pour moi, la part physiologique est essentielle, elle a tout à voir avec la confiance en soi, elle libère, et donc permet l’ouverture. En quelque sorte, nous faisons corps avec nos aspirations.

Laure : Avec le recul, qu’aurais-tu aimé acquérir d’essentiel dans le cadre de ta démarche entrepreneuriale et/ou de ta réalisation personnelle ? Qu’est-ce qui t’a manqué et comment as-tu trouvé les ressources/personnes qui t’ont fait avancer ?

Magali : J’aurais aimé rencontrer des personnes qui m’encouragent, croient en moi ou me soutiennent plutôt que d’entendre des discours sur ma retraite,  mes charges, les risques ou la « quasi-impossibilité de s’en sortir seule ».

Tous ces freins, je les ai écartés parce que j’ai de la volonté et de l’intuition, oui je parle bien d’intuition ! J’ai aussi fait des rencontres marquantes. Je pense toujours aux personnes que j’ai accompagnées car elles m’ont aidée de manière indirecte. Elles m’ont donné l’envie, l’audace, la force d’aller jusqu’au bout. Elles m’ont fait grandir humainement et professionnellement et je les en remercie.

Laure : Que dirais-tu à quelqu’un qui ne se sent pas à sa place dans sa vie professionnelle, et qui a envie de changer mais qui n’ose pas le faire ?

Magali : Je lui conseillerais de rencontrer des créateurs d’entreprise, de s’entourer de personnes positives et surtout de se poser les bonnes questions comme par exemple :

  • Ai-je envie de subir ma situation professionnelle ?
  • Qu’est-ce qui me rendrait heureux/se ?
  • Qu’est-ce qui m’en empêche aujourd’hui ?

Laure : As-tu envie de rajouter quelque chose d’important pour toi et que tu aimerais partager ?

Magali : J’aimerais juste rajouter que même si nous prenons des chemins difficiles, qui nous paraissent parfois incohérents, il y a toujours quelque chose à comprendre, un enseignement à en retirer. Il y a sur notre route des étapes qui conduisent à ce qui fait sens pour chacun d’entre nous. Etre à l’écoute de soi-même et s’entourer de personnes bienveillantes sont pour moi les meilleurs moyens de ne pas dévier de sa route personnelle.

 

Merci Magali, belle route et bonne continuation !

 

Pour retrouver Magali, voici son site web : http://haulil.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *