Enfants du monde

Il y a quelques années, j’ai eu envie de partir à l’étranger tout en partageant la danse avec les enfants que je croiserais au cours de mes voyages. Je voulais mesurer l’impact de la danse sur les jeunes populations défavorisées. J’ai toujours eu envie de voyages et d’aventures et l’idée de partir, avec pour seuls bagages ou presque, de la musique et des chaussons de danse me plaisait beaucoup.

Je suis donc partie à Rio. Le Brésil m’attirait. J’avais payé une association pour gérer mon intervention bénévole auprès un centre culturel à Santa Teresa mais l’organisation était défaillante au point que j’ai dû changer de lieu et intervenir dans un endroit beaucoup plus éloigné que prévu : un orphelinat situé dans une banlieue de Rio. Malgré tout, j’ai adoré l’expérience et la relation avec les enfants était belle et enrichissante.

Je suis ensuite partie en Afrique du Sud, la « nation arc-en-ciel » comme on l’appelle. Mais cette fois, j’ai préféré organiser moi-même la mission, la mauvaise gestion de l’association à Rio m’ayant déçue. Après un vrai travail de prospection, j’ai contacté l’association « Dance for All » située dans une banlieue de Capetown. J’y ai rencontré des gens merveilleux qui m’ont accueillie comme une invitée et qui m’ont permis de les accompagner dans les townships pour faire danser les enfants. C’était une expérience tellement inspirante.

Enfin, je suis partie à Jaipur dans l’état du Rajasthan en Inde où j’ai travaillé au sein de l’association I-india street children, qui prend en charge les enfants des rues. Là encore j’ai rencontré des femmes et des hommes qui donnent leur temps et leur énergie pour instruire les enfants, les nourrir et leur apporter des soins de santé.

Chaque expérience a été différente mais chaque fois, je me suis sentie privilégiée de vivre ces moments. J’ai profité de chaque minute avec les enfants. Nous ne parlions parfois pas la même langue mais la gestuelle et la musique suffisaient à nous faire comprendre. J’ai réalisé à quel point ces expériences autour de la danse créaient du lien entre les enfants. J’ai constaté leur joie de danser même si la plupart n’avait aucun acquis. Ils avaient envie de bien faire, de s’investir et de se dépasser malgré des conditions parfois difficiles. Je savais que tous ces enfants vivaient de façon très précaire, et que leur situation familiale était pour certains désastreuse. Je savais qu’ils faisaient partie des 75% de la population mondiale vivant avec moins de 1 $ par jour. Et pourtant, en dansant, ils riaient, je les voyais heureux et ils me rendaient au centuple ce que j’étais venue leur apporter.

 

Ces expériences m’ont confirmé ce que je savais déjà : donner rend heureux. Même si ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan.

 

Partager une parole, un sourire, du temps, un repas, du savoir-faire, ou autre chose crée un impact. C’est l’effet papillon, selon lequel on dit souvent pour illustrer le propos que « le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut provoquer une tornade au Texas ». Sans aller dans l’exagération, on peut considérer que certaines actions que l’on pensait sans conséquence peuvent en avoir de multiples. Donner à un enfant l’envie de faire quelque chose peut lui permettre d’envisager la vie autrement. Ou tout simplement redonner le sourire à quelqu’un allégera peut-être sa journée.

Donner, rend heureux oui. Parce provoquer de l’émotion chez l’autre ouvre tous les canaux émotionnels chez soi. Entendre un enfant vous dire qu’il vous aime parce que vous êtes tout simplement là, présent avec lui pour un moment même court, c’est un hymne à la vie dans sa plus grande simplicité. Et il n’est pas besoin d’avoir un projet rocambolesque ni même beaucoup d’argent, il suffit juste d’être vous et de partager ce que vous aimez. C’est tout.

 

On se sent heureux parce que l’on bascule dans l’instant présent, dans l’action, dans l’authenticité et parce que l’on n’a rien à prouver.

 

L’expérience vous inspire ? Vous souhaitez organiser votre voyage personnalisé, mais vous ne savez pas comment faire ou vous n’avez tout simplement pas le temps de vous en occuper ?

Contactez-moi pour un devis : hello@condanse.fr

 

Pour plus d’information sur les associations où je suis intervenue :

Brésil – Rio : Ophelinat Santos Anjos Custodios

https://www.facebook.com/educandariosantosanjoscustodios/

 

Afrique du Sud – Cape town : Dance for All

https://www.facebook.com/danceforall

https://danceforall.co.za/

 

Inde, Rajasthan – Jaipur : I-india Street children

http://www.i-indiaonline.com/

https://www.facebook.com/iindiajaipur/

 

 

Note : 1% de mon CA sera reversé aux associations dans lesquelles je suis intervenue afin de contribuer à améliorer la vie des enfants défavorisés. Je connais personnellement les fondateurs et/ou dirigeants de ces différentes structures y étant moi-même allée en tant que personnel bénévole durant mes voyages personnels. Je sais exactement à quel point il est difficile de trouver des fonds, de perdurer et combien ces associations sont confrontées à une durée de vie éphémère. Ces hommes et femmes s’engagent continuellement pour rendre la vie des enfants plus belle. Ensemble, nous pouvons les aider.

 

Je crois intimement qu’il est essentiel que nous prenions soin de nous car nous avons tous une petite pierre à apporter à l’édifice du monde.

Révélons nos talents pour contribuer.


GALERIE DE PHOTOS